19 février 2019
Muriel B.

Le « droit à l’erreur » : à appliquer également en entreprise…OSEZ TESTER !

Osez tester : On se revoit dans 3 mois….

L’autre soir, en discutant avec ma fille de 4 ans (en grande section), elle m’expliquait qu’elle n’arrivait pas à faire le chiffre 2. Le chiffre 1, c’est bon elle le maitrise mais le 2 elle n’y arrivera pas, elle a essayé et c’est trop dur… donc affaire classée.

Je lui explique qu’il faut persévérer et que c’est en essayant de très nombreuses fois et en se trompant qu’elle y arrivera.

Le lendemain, chez un client, il me dit : « c’est une chance que l’on doit donner à nos équipes, le droit de se tromper. Il faut les mettre en condition d’essayer, de tester ».

Dans les entreprises où j’interviens, pour déployer le Lean Durable®, je répète très souvent ce que je dis à ma fille de 4 ans. Il faut essayer et c’est en faisant – apprentissage par essai/erreur – que l’on s’améliore le plus vite.

Je préconise souvent une période de test de 3 mois pour tout projet d’amélioration. Pourquoi 3 mois ? C’est tout simplement le temps nécessaire pour qu’un groupe d’individus dépasse ses craintes et mesure les aspects bénéfiques d’un changement. Si on teste pendant 2 semaines, les gens voudront revenir en arrière avec l’excellent et imparable motif : c’était mieux avant…

J’ai lu qu’un enfant tombe environ 2000 fois avant de réussir à se tenir debout. Pourquoi lorsqu’on voit un enfant se tromper, on le laisse faire car on pense à son apprentissage, et que cette notion a du mal à intégrer le monde de l’entreprise ?

Alors retrouvez votre âme d’enfant, testez, trompez-vous, re-grandissez et ajustez…
pendant 3 mois et votre progrès sera durable.

 

Jean-François Gautreau,
Expert Lean Durable® POP