21 novembre 2019
Muriel B.

Rêver… La préface de l’œuvre du changement dans l’entreprise

Article d’Eric Joret, consultant POP, publié sur linkedin (Vous souhaitez partager l’article ? C’est ici) :

Dirigeants, rêvez pour transformer…

Indicible mécanique, le rêve est une caractéristique clé de l’être humain. Formidable générateur d’émotion, c’est cette matière première que le dirigeant aimerait tant pouvoir diffuser brute, sans filtre et sans distorsion à ses collaborateurs.

C’est aussi cette faculté indispensable à la transformation durable, l’énergie qui crée, qui sauve, qui transforme ou qui transcende l’entreprise.

Alors comment éviter que ce feu sacré ne s’éteigne à l’autel du « Ce n’est pas possible », comment bâtir ensemble les fondations d’une amélioration robuste et durable dans l’entreprise au sein de laquelle chacun se reconnaît et s’épanouit ?

 

1 – (Sur)communiquez

Nous percevons tous l’entreprise au travers de nos sens et nos émotions : la fierté du résultat atteint, la peur de la sanction face à une erreur, la colère pour une décision managériale ressentie injuste, la tristesse liée au départ d’un collègue apprécié, … Tout ceci constitue notre propre personnalité.

Nous nous forgeons jour après jour de nos multiples ressentis : ce que nous vivons, voyons ou entendons, nos interactions avec notre entourage fabriquent en continu nos paradigmes, crée notre propre cartographie mentale de l’environnement professionnel dans lequel nous évoluons.

Et si cette faculté nous est rassurante voire sécurisante, elle a aussi pour corollaire la construction d’une résistance bien naturelle au changement, ce qui entraine ce que l’on pourrait appeler une « sclérose de nos habitudes ».

Et quand la somme de ces paradigmes dans l’entreprise fait penser à des puzzles différents dont les pièces sont toutes mélangées les unes avec les autres, le vrai défi consiste donc pour l’entreprise à faire converger ce véritable magma émotionnel vers un futur au sein duquel chacun se retrouve.

 

Alors transmettre son rêve, c’est évidemment d’abord le communiquer : mais comment ? Quand ? Où ? A qui ? Sous quelle forme ? 

Face à ces questions, le premier réflexe pourrait être de considérer qu’une communication unique et bien construite devient autosuffisante pour peu qu’elle s’accompagne de relais, de supports visuels et d’argumentaires savamment choisis.

Or, faire évoluer les paradigmes dans l’entreprise, c’est avant tout chercher à faire percevoir ce qui est de prime abord invisible. La nécessaire déconstruction / reconstruction des cartographies mentales qui en découlent prend parfois du temps et fait passer les équipes par différentes étapes émotionnelles (pléthore de versions de courbes du changement disponibles sur Internet schématisent bien cela).

Il est en effet fréquent de constater que là où la crainte du dirigeant peut être d’en dire ou d’en faire trop dans la transmission du rêve, les collaborateurs y voient parfois un déficit de sens ou une ligne d’arrivée floue.

Communiquer doit donc être bien plus que le simple coup de pistolet donnant le départ d’une course, cela doit devenir ce qui rythme les foulées, ce qui nourrit le mental tout au long de l’effort, ce qui réveille les talents et transmet la rage de vaincre jusqu’à l’arrivée.

Et si comme le dit l’adage, la pédagogie est affaire de répétition, nul doute que la communication doit aller dans ce sens pour montrer et jalonner le chemin à chaque étape du parcours.

Quant aux formats de communication, s’ils n’ont de limites que celles de l’imagination, gardons en tête que l’être humain enregistre une information en priorité par la vue (83% en moyenne). Faisons donc la part belle aux maquettes et autres schémas visuels percutants pour faire percuter !

 

2 – « Acteurisez »

Embarquer ses équipes, c’est les rendre co-bâtisseurs du chemin à parcourir par l’entreprise. Pour cela, le rôle du dirigeant n’est pas forcément de se positionner en tête de file mais plutôt de garder une posture permettant d’éclairer la route de suffisamment loin pour permettre aux équipes d’avancer en bâtissant la route par elles-mêmes.

Faites confiance pour donner confiance !

La transmission du rêve ne porte tous ses fruits que si les équipes en perçoivent le sens pour se l’approprier et s’engagent durablement. Cela suppose, qu’ils se sentent suffisamment en confiance, et qu’ils aient envie de prendre le leadership sur l’animation et les actions à mener pour transformer le rêve en réalité.

Rendre acteur signifie donc savoir faire évoluer son propre positionnement managérial et accepter de faire évoluer le cadre dans l’entreprise afin de susciter cette nécessaire mise en action : autrement dit, favoriser le « construire par nous pour nous ». C’est aussi parfois combattre sa propre impatience face à une vitesse de croisière du changement dans l’entreprise en deçà des ambitions initiales, si c’est au profit d’une appropriation des défis de l’entreprise par les équipes.

 

Ne cherchez pas à convaincre, mais testez pour démontrer !

Ainsi, outre le temps, le budget ou les outils qui peuvent être mis à disposition, le principal enjeu à ce stade est de pouvoir s’appuyer sur les premiers alliés pilotes. Chargés de transformer le « pourquoi » en « comment », leur mission consiste dans un premier temps à concrétiser le rêve sur un ou plusieurs environnements réduits afin de créer les premiers succès rapides : les « Quick Win » générateurs d’effet « waouh » qui donnent envie et rassurent sur la capacité des équipes à pouvoir faire par elles-mêmes.

Forts de ces premiers succès, ils seront alors les meilleurs promoteurs et ambassadeurs de la démarche de changement.

 

3 – Reconnaissez pour révéler

Véritable carburant du progrès dans l’entreprise, la reconnaissance doit être présente régulièrement et dès les premiers succès réalisés.

Reconnaître c’est exercer une caractéristique fondamentale de management. C’est par exemple rassurer ou bien faire briller l’œil de fierté d’avoir réalisé, accompli. C’est aussi quand il le faut, être capable d’adopter un virage à 180° dans son positionnement : par exemple d’une posture haute qui devient basse pour envoyer un message fort de gratitude ou de remerciement. Message qui, s’il est empli d’authenticité, sera perçu comme bien plus puissant que tout autre cadeau ou récompense.

A l’instar de l’adaptation cinématographique d’une œuvre littéraire, il est parfois difficile pour le dirigeant d’accepter que la concrétisation du rêve menée par les équipes pilotes, ait été interprétée ou revisité : il est alors prudent de garder à l’esprit que l’enthousiasme d’une équipe lié à une fraîche réalisation reste fragile et sera très sensible à l’accueil qu’en fera le commanditaire.

Dans ce cas de figure, tels les meilleurs joueurs d’échecs qui fonctionnent avec de nombreuses combinaisons d’avance, Il est parfois plus bénéfique de savoir mettre en perspective ses propres paradigmes et chercher à percevoir en quoi cette interprétation par l’équipe réalisatrice peut concourir à la réalisation du rêve, et ce en plusieurs étapes nécessaires à l’appropriation.

Reconnaître, c’est donc aussi pour le manager, savoir ne pas se laisser influencer par son propre besoin de reconnaissance, c’est savoir déjouer un mode de management piège qu’on pourrait appeler le « tout à l’égo ».

Et quant à penser – par facilité – que la réussite d’une démarche pilote serait autosuffisante pour générer de la satisfaction par ses acteurs, Maslow nous rappelle que l’accomplissement de soi s’appuie en premier lieu sur la satisfaction de son propre besoin d’estime.

Alors « renverser la pyramide managériale » dans l’entreprise pour créer les conditions de succès au changement, oui mais comment ?

Peut-être avant tout savoir adapter au quotidien sa propre posture managériale pour communiquer le rêve, y donner du sens, faire preuve de pédagogie, apporter un réel soutien à sa réalisation et jalonner sa route de reconnaissances bienveillantes et authentiques avec ceux qui la partagent …

 

Ceux qui font de grands rêves ne les réalisent jamais, ils les transcendent toujours. — (Alfred Lord Whitehead)

 

POP vous accompagne dans l’accomplissement du rêve dans l’entreprise.
Depuis la définition de la feuille de route, jusqu’aux succès des réalisations concrètes,
nous vous aidons à bâtir l’avenir de votre entreprise en alliant évolution culturelle
et performance nécessaire à tout progrès durable.

 

Eric JORET

Consultant – Formateur Lean Durable® POP